RAMÉE CATALOGUE À PARAÎTRE PRESSE LIENS CONTACT

I dilettosi fiori I dilettosi fiori

La musique de la fin du XIVe siècle qui forme le noyau de cet enregistrement provient des deux sources conservées les plus importantes que nous ayons de ce répertoire : les codex de Londres et de Faenza. Tandis qu’une bande de différents instruments a été fréquemment employée comme moyen d’interprétation dans les enregistrements de musique instrumentale tant monophonique que polyphonique de la fin du Moyen Âge, le présent récital démontre que tout ce qu’il faut pour redonner vie à cette musique exquise n’est qu’un seul interprète convaincant. Corina Marti part « à la recherche des fleurs délicieuses » (J. di Bologna) cachées dans les deux univers distincts de la musique de la fin du Moyen Âge, ceux des musiques monophonique et polyphonique. Ici, dans ce qui constitue ses débuts en solo, elle atteint à une remarquable variété en juxtaposant les sons de flûtes à bec (dont la flûte à bec double si souvent vue dans l’iconographie italienne du XIVe siècle) et du clavisimbalum – une reconstruction de la plus ancienne forme du clavecin.



Corina Marti  Après son diplôme de musique baroque à la flûte à bec et au clavecin à l'Académie de musique de Lucerne, CORINA MARTI se concentre sur les flûtes anciennes et sur le répertoire de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, pour lequel elle est diplômée de la Schola Cantorum Basiliensis sous la conduite de Pierre Hamon et de Kathrin Bopp. Corina Marti a abondamment joué, enregistré et enseigné les répertoires de la fin du MoyenÂge et du début de la Renaissance à travers l'Europe et le Moyen-Orient. En 2003, elle a été invitée à rejoindre le corps enseignant de la Schola Cantorum Basiliensis comme professeur de flûtes et d'instruments à clavier anciens. Ses interprétations sur ces instruments et ses recherches sur leur histoire et leur construction ont contribué à leur renouveau parmi les musiciens. Elle affectionne également les répertoires plus tardifs et se produit comme soliste ou au sein d'ensembles de chambre ou d'orchestres (dont Hesperion XXI et La Capella Reial de Cataluña de Jordi Savall) dans les répertoires Renaissance, baroque et contemporain. Avec l'ensemble La Morra, dont elle est co-directrice artistique, Corina Marti a enregistré plusieurs disques de musique du XVe et du XVIe siècles, accueillis avec enthousiasme (dont celui consacré aux oeuvres complètes de Johannes Ciconia, récompensé par un Diapason d'Or). De son intérêt permanent pour la musique instrumentale la plus ancienne a résulté la sortie d'un CD dévolu au répertoire allemand de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle (Von edler Art, Ramée, 2008, en collaboration avec le luthiste Michal Gondko). Sa discographie consacrée à la musique postérieure à 1500 inclut de la musique instrumentale lombarde du haut Baroque, de la musique du compositeur juif italien Salomone Rossi (1570 – ca. 1630), des sonates pour flûte de Johann Sebastian Bach et des concertos pour flûte de Francesco Mancini.


1. Don Paolo da Firenze Era Venus
2. Anonymous Aquila altera
(after Jacopo da Bologna, Aquila altera/ Creatura gentil/ Uccel di Dio)    
3. Anonymous Indescort
(after Anonymous, En discort)    
4. Gherardello da Firenze Per non far lietto
5. Anonymous [untitled piece]
     
6. Anonymous Ghaetta
7. Anonymous Non na elso amante
(after Jacopo da Bologna, Non al suo amante)    
     
8. Anonymous Saltarello
9. Anonymous La dolçe sere  
(after Bartolino da Padova, La douce cere)    
10. Anonymous [Un fior gentil]  
(after Antonio Zachara da Teramo, Un fior gentil)    
     
11. Anonymous Chominciamento di gioia  
     
12. Anonymous [Rosetta]  
(after Antonio Zachara da Teramo, Rosetta che non canbi may colore)    
13. Anonymous [Ave maris stella]  
(after Gregorian hymn)    
14. Anonymous [untitled piece]  
     
15. Guillaume de Machaut Quant je suis mis au retour
16. Anonymous In perial sedendo
(after Bartolino da Padova, Imperiale sedendo)    
17. Guillaume de Machaut Puis que ma dolour  
18. Anonymous Che pena questa  
(after Francesco Landini, Che pena é quest' al cor)    
     
19. Anonymous Saltarello