RAMÉE CATALOGUE À PARAÎTRE PRESSE LIENS CONTACT

Antoine DARD, Sonates pour le Basson Antoine Dard, Sonates pour le Basson

Antoine Dard fait partie de ces nombreux musiciens qui gravitent autour des principales institutions musicales de la monarchie, en tant que Premier basson à l'orchestre de l'Académie royale de musique à Paris et « Grand hautbois de la Chambre et écuries du Roi » à Versailles. Sans être un génie oublié de l'histoire de la musique, « Mr. Dard » — c'est ainsi qu'il signe toutes ses partitions — peut être considéré comme un compositeur singulier.
L'annonce suivante paraît dans la presse parisienne le 11 janvier 1759 : « 6 sonates pour le basson, composées par le Sr. Dard & très utiles à ceux qui désirent bien jouer de cet instrument. Ces sonates sont, dit-on, uniques en leur genre, & peuvent aussi s'exécuter au violoncelle. » Ces œuvres sont singulières aussi bien au sein de sa production personnelle que de celle du XVIIIe siècle en général, ou encore du répertoire spécifique pour le basson. Dard utilise le basson comme un ténor d'opéra « bel canto » et emploie fréquemment, parmi d'autres difficultés, le registre suraigu de l'instrument comme aucun compositeur ne l'a fait jusque là et ne le fera encore bien après lui. S'il est vrai qu'à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle les tablatures pour le basson commencent à donner des doigtés allant jusqu'aux ré/fa suraigus, la musique pour l'instrument ne dépasse jamais les sol/la aigus, mis à part les mystérieuses parties orchestrales haut perchées de Rameau — qui ne montent tout de même pas aussi haut que les sonates — et le fameux si bémol aigu du concerto de Mozart. Le registre suraigu ne commencera à se généraliser que soixante ans plus tard, après les innombrables améliorations portées à la facture de l'instrument. Du point de vue mélodique, du fait de l'ornementation foisonnante, la partie de basson est très chargée et lyrique et le mélange de cette sur-ornementation avec le style galant produit un effet assez unique. Dans leur structure, par contre, les sonates restent plus traditionnelles. Néanmoins les mouvements lents sont remarquables du point de vue formel, écrits d'une traite, sans reprise ni redite, et se rapprochent plutôt de l'arioso — qui n'existe pas en France à cette époque. Malgré leur caractère français très marqué, l'influence italienne est évidente dans les sonates de Dard : celui-ci connaît certainement les œuvres de nombreux compositeurs italiens qui circulent alors en France.
Antoine Dard quitte la scène musicale parisienne aussi discrètement qu'il y était entré. Il laisse l'image d'un homme rangé, sans esclandre, loin du virtuose fantasque que ses capacités lui permettaient sans doute d'être.



Ricardo Rapoport   Après des études de basson auprès de Noël Devos ainsi que de guitare, de viole de gambe, d'écriture, de composition, de direction et d'architecture dans sa ville natale de Rio de Janeiro, RICARDO RAPOPORT intègre l'Orchestre Symphonique Brésilien. En 1984, il déménage à Paris afin de parfaire son jeu auprès de Maurice Allard au Conservatoire National Supérieur de Musique. Il y obtient le Premier Prix de basson et, après un cycle de perfectionnement en musique de chambre auprès de Maurice Bourgue, il reçoit une bourse du gouvernement français pour suivre les « Advanced Studies in Music » au Banff Center (Canada) et se consacre alors au basson baroque. Depuis, parallèlement à ses activités de chambriste et de soliste, il joue et enregistre régulièrement pour divers labels avec des ensembles de musique baroque tels que Le Parlement de Musique, Les Musiciens du Louvre, La Petite Bande, l'Ensemble Baroque de Limoges, l'Ensemble Matheus, Le Concert Spirituel, entre autres. Également passionné de musique contemporaine, qu'il pratique régulièrement, il participe à de nombreuses créations. Il enseigne le basson, le basson baroque et la musique de chambre au Conservatoire National de Région de Rennes et est régulièrement invité par des festivals et des stages en Europe et au Brésil.

Pascal Dubreuil  Après avoir travaillé le clavecin durant plusieurs années avec Yannick le Gaillard, PASCAL DUBREUIL obtient au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris les Premiers Prix de clavecin et de basse continue. Il complète alors sa formation par de nombreux stages, avec Kenneth Gilbert notamment, et particulièrement auprès de Gustav Leonhardt. Il étudie également la direction d'orchestre avec Nicolas Brochot. Il est lauréat du Concours International de Bruges en 1997. Il se produit et enregistre en France et en Europe comme claveciniste, mais également au clavicorde et au fortepiano, en soliste et en musique de chambre, notamment avec Musica Aeterna, orchestre baroque de Bratislava, ou avec Claire Michon, Patrick Ayrton, François Fernandez ou Bruno Boterf, et en tant que continuiste au clavecin et à l'orgue pour des ensembles vocaux tels que l'Ensemble Vocal de l'Abbaye aux Dames de Saintes et Sagittarius. Il est invité par des festivals tels que le Printemps des Arts, les Académies Musicales de Saintes, le Festival de Musique Baroque de Barcelone ou le Festival International de Bratislava. Pascal Dubreuil est professeur de clavecin et de musique de chambre et responsable du Département de Musique Ancienne au Conservatoire National de Région de Rennes. Il est régulièrement invité à participer à des jurys ou à donner des stages ou des master classes, en France et à l'étranger. Il est également formateur, invité pour la musique de chambre et la rhétorique musicale de l'époque baroque, au Centre de Formation des Enseignants de la Danse et de la Musique de Poitiers.

Karine Sérafin, soprano
François Nicolet, flûte traversière


Sonata I 1. Adagio   Sonata IV 14. Ciciliano Andante
C Major 2. Allegro   F Major 15. Allegro ma non tropo
  3. Minuette di tempo   16. Gavota 1 & 2
          17. Allegretto
Sonata II 4. Allegro      
G Major 5. Andante   Sonata V 18. Adagio
  6. Allegro Gratiozo   D Minor 19. Allegro
  7. Allegro tempo di molto     20. Arietta
        21. Allegro
Chanson 8. La Coquette        
        Ariette 22. La Coquette
Sonata III 9. Adagio        
C Minor 10. Allegro ma non tropo   Sonata VI 23. Andante
  11. Andante   A Minor 24. Allegro
  12. Allegro     25. Aria gratiozo
          26. Minuetto di tempo
Musette
13. Cher Tircis        
en rondeau       Parodie 27. Rends-moi ton cœur