RAMÉE CATALOGUE À PARAÎTRE PRESSE LIENS CONTACT

Anton EBERL, Grande Sonate Anton Eberl, Grande Sonate

Considéré à son époque comme égal ou supérieur à Beethoven, Anton Eberl (1765-1807) est si populaire que ses œuvres peuvent passer pour des compositions de Mozart. Sa Sonate pour piano op. 1, par exemple, est publiée à de multiples reprises comme la dernière grande sonate de Mozart. Eberl contribue grandement aux changements stylistiques qui ouvrent la voie aux compositeurs romantiques plus tardifs, comme Schubert et Mendelssohn. Une explication du fait que sa musique parfois extrêmement complexe ne sera jamais redécouverte au XXe siècle peut être qu'il est très difficile d'en rendre une exécution satisfaisante sur des instruments modernes. Le style d'Eberl, qui combine la légèreté de la musique classique avec l'aspect mélodique du romantisme, est beaucoup plus facile à comprendre si sa musique est jouée sur instruments d'époque. Eberl utilise parfaitement les caractéristiques et les irrégularités des instruments du début du XIXe siècle, comme la coloration chromatique de la clarinette ou les registres différents du pianoforte et du violoncelle, qualité qui se perd si l'on joue sur des instruments modernes plus uniformes. Au faîte de sa célébrité, il fait des tournées à Prague, à Dresde, à Weimar, à Berlin, à Leipzig, à Gotha, à Francfort et à Mannheim. Au moment de sa mort, Eberl laisse une œuvre d'environ cinquante opus, pour la plupart écrits après 1800. L'Allgemeine Musikalische Zeitung écrit à propos de sa mort précoce que « l'on a pleuré pour lui comme rarement ». Le fait que dans l'histoire de la musique ce pionnier prometteur du romantisme ait été constamment moins considéré que les trois « géants » Mozart, Haydn et Beethoven peut être excusé, mais certainement pas le fait qu'il ait été complètement oublié.



Trio Van Bruggen - Van Hengel - Veenhoff  Peu après sa création en 2001, le TRIO VAN BRUGGENVAN HENGEL — VEENHOFF est récompensé de trois prix au concours international Van Wassenaer. Depuis lors, l'ensemble connaît un grand succès aux Pays-Bas et dans d'autres pays européens, se produisant au festival de musique ancienne d'Utrecht et au festival Prinsengracht d'Amsterdam. Outre leur travail en trio, les trois musiciens embrassent chacun une carrière de soliste, et jouent accompagnés par des orchestres tels que la New Dutch Academy et l'Orchestra Van Wassenaer, dans des lieux de concerts prestigieux comme le Vredenburg à Utrecht, De Doelen à Rotterdam, ou le Concertgebouw à Amsterdam. En 1999, Bas Van Hengel remporte le prix de violoncelle solo au concours du festival de musique ancienne Musica Antiqua de Bruges et, tout comme Nicole van Bruggen, il est lauréat du même concours avec le Kwartet André.

Nicole van Bruggen, clarinette
Bas van Hengel, violoncelle
Anneke Veenhoff, pianoforte

Stephen Freeman, alto
Frouke Mooij, alto

www.vanbruggen-vanhengel-veenhoff.nl


Trio in E flat major op. 36 1. Andante maestoso - Allegro con spirito
  2. Adagio non troppo ma con espressione
  3. Scherzo. Molto vivace
  4. Allegretto
     
Sonata in B flat major op. 10 no. 2 5. Allegro spirituoso
  6. Romance. Andante espressivo
  7. Rondo. Allegretto
     
Quintet in G minor op. 41 8. Allegro con fuoco
  9. Adagio ma non troppo
10. Finale