RAMÉE CATALOGUE À PARAÎTRE PRESSE LIENS CONTACT

Jacob PRAETORIUS, Von allen Menschen abgewandt Jacob Praetorius, Von allen Menschen abgewandt

Jacob Praetorius, connu aussi sous son nom allemand Schultz(e), naquit le 8 février 1586 à Hambourg dans une famille d'organistes très réputés. Son grand-père Jacob (? 1586) et son père Hieronymus (1560 1629), son premier professeur, furent tous deux organistes à l'église principale de Hambourg, la Jakobikirche.
Dès 1604 Praetorius succéda à Heinrich thor Molen comme organiste à la St. Petri-Kirche de Hambourg, fonction qu'il conserva jusqu'à sa mort le 21 ou le 22 octobre 1651. Les recherches les plus récentes indiquent qu'il partit à Amsterdam en 1606 étudier avec Jan Pieterszoon Sweelinck (1562
1621) pour deux ans. Il semble avoir été l'un des premiers parmi les nombreux élèves du grand organiste. Ce dernier composa même un motet à l'occasion du mariage de son disciple en 1608.
Johann Mattheson rapporte (Grundlage einer Ehrenpforte, Hambourg, 1740) que Praetorius avait repris à Sweelinck « entre autres une conduite des doigts très particulière, qui était inhabituelle, mais très bonne. Schultz s'est approprié les usages et les comportements de Sweelinck, qui étaient particulièrement agréables et honorables; il maintenait le corps sans mouvement particulier et donnait à son jeu excellent l'apparence de ne comporter aucun travail ».
De son vivant déjà on comparait Praetorius à son collègue Heinrich Scheidemann, l'autre grand élève hambourgeois de Sweelinck et organiste à la Katharinenkirche. On lit chez Mattheson que Scheidemann était plutôt gentil et cordial et qu'il ne se prenait pas pour quelqu'un d'extraordinaire. Son jeu était conforme à cette manière d'être, « rapide du poignet, fringuant, sa composition était bien construite mais seulement destinée à l'orgue. Ses compositions étaient faciles à jouer ». Praetorius, par contre, « se montrait toujours plein de gravité et quelque peu étrange, il adoptait le caractère noble de son maître et se montrait d'une amabilité extrême dans tous ses actes, comme c'est l'habitude des Hollandais. […] Les pièces de Schultz étaient plus difficiles à jouer et montraient plus d'élaboration, ce en quoi il devançait tous les autres ».
Johann Kortkamp écrit dans sa chronique des organistes (1702 — 1718) à propos de Praetorius : « il était estimé par des personnes tant de haute que de basse extraction. Il s'était appliqué depuis la jeunesse à une méthode particulière dans le style d'église, qu'il jouait avec gravité et beaucoup de recueillement et pouvait animer grandement les cœurs pour l'audition du prêche. Par sa grande connaissance et grâce à l'aide de Dieu, il a formé de nombreux organistes, demandés de temps à autre en Allemagne, et les a promus par sa recommandation. On se souviendra du jeu sensible et artistique de cet homme aimable. Comme le prédicateur dans les cœurs des fidèles, lui aussi a pu éveiller le recueillement et émouvoir par son jeu de l'orgue, par exemple lorsqu'il jouait un Lied de pénitence comme Erbarm Dich mein o Herre Gott, tant il jouait ce Lied avec dévotion et recueillement; il a su utiliser les voix de l'orgue dans leurs particularités, que l'on en devait estimer non seulement le jeu, mais aussi l'instrument ».
Les qualités de Praetorius se retrouvent également dans ses œuvres : la rigueur contrapuntique y est combinée avec le plaisir du jeu virtuose. Parmi ses élèves, Berendt Petri (entre 1594 et 1598 — ?) et Matthias Weckmann (probablement 1615 ou 1616 — 1674) étaient les plus réputés. Le second obtint en 1655 le poste d'organiste à la St. Jakobi-Kirche de Hambourg.

Léon Berben


Léon Berben   LÉON BERBEN est né en 1970 à Heerlen aux Pays-Bas. Il étudie l'orgue et le clavecin à La Haye et à Amsterdam avec Ton Koopman, Bob van Asperen et Gustav Leonhardt. Depuis mars 2000 il est continuiste et claveciniste soliste de l'ensemble Musica Antiqua Köln (Reinhard Goebel), avec lequel il se produit dans toute l'Europe, en Amérique du Nord et du Sud et en Asie. Avant de devenir membre de Musica Antiqua Köln il a joué avec l'Amsterdam Baroque Orchestra, le Freiburger Barockorchester et avec Musica ad Rhenum. Il donne des concerts en soliste au clavecin et surtout à l'orgue sur des instruments historiques. Il a enregistré plusieurs disques pour Deutsche Grammophon / Archiv avec Musica Antiqua Köln. Ses enregistrements solo ont été primés à plusieurs reprises, entre autre par Le Monde de la Musique, par Diapason et par la Deutsche Schallplattenkritik (prix trimestriel en 2004).

www.leonberben.org


1. Magnificat Primi Toni
2. Praeambulum ex d
3. Vater unser im Himmelreich
4. Praeambulum ex C.b.mol.
5. Magnificat Quarti Toni
6. Magnificat germanice
7. Praeambulum ex F
8. Von allen Menschen abgewandt