RAMÉE CATALOGUE À PARAÎTRE PRESSE LIENS CONTACT

O dulcis amor O dulcis amor

Le XVIIe siècle ouvre pour la première fois aux femmes un vaste champ d'activités dans la musique. Les idéaux de la Renaissance ont créé une nouvelle place à la femme dans la société. Baldassare Castiglione nous la rapporte dans l'Il libro del Cortegiano (1528) gracieuse et belle, instruite comme l'homme en lettres, en musique et en danse, capable de conversation, intelligente et divertissante. La vie de cour ménage à la donna di palazzo un véritable espace de liberté, et le rôle accru des femmes peut expliquer le raffinement des mœurs qui s'observe au XVIe siècle et qui se traduit notamment dans la promotion des arts et la codification des comportements. Érasme entrevoit dans son Encomium matrimonii (1518) la réelle possibilité d'un bonheur conjugal dans le mariage, et par ailleurs une culture de l'amour platonique reconsidère en la femme un intérêt dépassant sa stricte contribution à la perpétuation familiale et à la gestion domestique. Mais il s'agit bien là d'un privilège réservé à l'étage supérieur de la société. La tradition chrétienne est profondément ancrée dans les mentalités où la gent féminine, tantôt sotte et impulsive, tantôt séductrice et infidèle, est objet de raillerie ou de méfiance. On entend sans peine un Vespasiano da Bisticci enjoindre aux femmes de respecter les deux commandements de l'apôtre Saint Paul, à savoir d'élever ses enfants dans la crainte de Dieu et de se taire à l'église. Le sort réservé aux femmes à la fin de la Renaissance est un compromis à divers degrés entre une tradition chrétienne conservatrice, raidie encore par les résolutions du Concile de Trente (1545-1563), et les aspirations humanistes élevant la femme à l'égale de l'homme.



La Villanella Basel  LA VILLANELLA BASEL est créée à l'occasion de l'année Luther en 1996. Toutes diplômées de la Schola Cantorum de Bâle, les musiciennes de l'ensemble sont actuellement basées en Allemagne et se produisent à travers toute l'Europe. Leur répertoire est centré sur la musique de la période de transition entre le XVIe et le XVIIe siècle. Conformément à la pratique de l'interprétation historique, des diminutions instrumentales improvisées figurent à chacun de leurs concerts. Le nom de l'ensemble fait référence à une ancienne forme musicale italienne, la villanella, qui trouve son origine dans le folklore mais devient extrêmement populaire dans l'art musical au cours du XVIIe siècle. Bien que ce soit une simple coïncidence que les membres de La Villanella Basel soient toutes des femmes, l'ensemble ressent cela comme une motivation supplémentaire à jouer de la musique composée par des femmes.

Heike Pichler-Trosits, soprano
Claudia Nauheim, flûte à bec
Irene Klein, viole de gambe
Mechthild Winter, virginal et orgue
Petra Burmann, théorbe

www.la-villanella-basel.de


Caterina 1. Impleos nostrum Francesca 9. Per la più vaga e bella
ASSANDRA 2. Ave verum corpus CACCINI 10. Lasciatemi qui solo
  3. Haec dies    
4. Ego flos campi Barbara 11. L'amante bugiardo
  5. O dulcis amor Iesu STROZZI 12. Amor dormiglione
      13. Sete pur fastidioso
Vittoria 6. Hor che la vaga Aurora 14. L'eraclito amoroso
ALEOTTI 7. Cor mio perche pur piangi    
  8. Mentre l'ardite labbia Isabella 15. Sonata duodecima
      LEONARDA 16. Iam diu dilecte mi Iesu